Carnaval

Traditions et fêtes de carnaval 2018

La chandeleur marque le début du carnaval (“Fuesend”), qui connaît son premier temps fort le jour du “Fetten Donnëschdeg“. 

La tradition voulait alors que ce jour-là, les bouchers locaux conduisent les bœufs de carnaval (“Danzenochsen”) richement parés à travers les ruelles de la capitale, accompagnés d’orchestres et de maîtres bouchers en tenue de fête. Tout cela s’inspire notamment de vieux rituels de sacrifices païens.

Au Luxembourg, le “Fuessonndeg” est traditionnellement célébré par des fêtes et des bals (“Fuesbaler”) organisés dans plusieurs localités. C’est donc l’occasion de faire la fête une dernière fois avant la traditionnelle période de jeûne. Ainsi, un grand nombre de fêtards, les “Fuesgecken”, profitent de cette période pour se déguiser et s’adonner anonymement à des moments de folie et de joie.

Cavalcade de Diekirch :

Adieu l'hiver !

A Remich, la tradition veut que le mercredi des Cendres (“Äschermëttwoch“), un embrasement symbolique marque la fin du carnaval et de l’hiver. Pour célébrer cela, un bonhomme de paille appelé “Stréimännchen” est porté à travers les ruelles de la ville, accompagné d’un cortège musical. Ce bonhomme sert alors de bouc émissaire pour compenser les fautes des fêtards. De plus, pour symboliser la coûteuse période du carnaval qui vient de se terminer, on le munit d’un porte-monnaie et d’une bouteille vide. Il est ensuite attaché au garde-fou du pont de la Moselle, arrosé d’essence et incendié à l’aide de flambeaux.

 

En principe, le mercredi des Cendres est donc censé marquer la fin du carnaval, mais les journées folles sont loin d’être terminées, bien au contraire ! Le carnaval se prolonge alors jusqu’au quatrième dimanche de carême, qui porte le nom de “Halleffaaschten” ou bien “Bretzelsonndeg” (dimanche du bretzel).

L'amour sous forme de Bretzel !

La coutume du “Bretzelsonndeg” veut que les hommes offrent à la dame de leurs pensées un grand bretzel finement sucré. En contrepartie, ils peuvent alors espérer qu’à Pâques, les dames leur remettront des œufs de Pâques. Sauf lors des années bissextiles où les rôles sont inversés !

En proie aux flammes !

La tradition païenne veut aussi que l’on allume un grand feu pour chasser symboliquement l’hiver et ses esprits malfaisants. De nos jours, on allume une croix de bois de plusieurs mètres de haut garnie de paille, de brindilles et d’autres matières inflammables et appelées “Buergen”. Le “Buergbrennen” fait donc sans aucun doute partie des quelques rares coutumes qui ont survécu au temps.

 

 

Donc si vous avez une folle envie de participer à toutes ces festivités, voici une liste des prochains événements carnavalesques luxembourgeois :

Bals et fêtes de carnaval :

Cavalcades :